Hirène Hug

Vit et travaille à Berlin.

A exposé à la galerie du Tableau en 2005.

 

"Ca c'est autre chose" Installation, 2005.

Ça c'est autre chose :

"Irène Hug travaille avec l’omniprésence des inscriptions qui occupent l’espace de nos vies quotidiennes (/l’espace quotidien de nos vies).
Les mots se dissocient de leurs sens et de leur intention initiale sous l’effet de sollicitations verbales à la fois massives et multiples, auxquelles nous sommes complètement accoutumés dans nos vies de tous les jours. Nous ne les percevons plus, pour ainsi dire, que d’une façon formelle, c’est-à-dire en-dehors de toute mise en rapport communicationnelle.
On peut aussi voir dans cette distance et dans cette indifférence une correspondance avec le vide essentiel qui sépare toujours la forme phonétique d’un côté et la signification de l’autre.

Irène Hug porte son attention sur les possibilités de l’écrit comme forme, chose en tant que telle, et avant tout, sur ce qui se passe lorsque l’injonction est à nouveau entendue dans la lecture des signes juxtaposés de façon aléatoire.
Elle se laisse aller au processus d’abstraction qu’engendre l’accumulation des messages. Ce qui peut être vu comme une manière de se les réapproprier sur un mode littéral et personnel."

Bettina Carl

"Dans la Galerie du Tableau on commencera, cependant, par chercher l’¤uvre d’art.

Elle est camouflée en un élément de décor, que l’on trouve couramment dans les bâtiments anciens : le stuc. Mais à la place des habituels motifs végétaux on reconnaîtra là des inscriptions qui disent : "repeat the same is not the same " (" répéter la même chose n’est pas la même chose "). Cette phrase se répète elle-même le long des quatre murs, enboucle.

La figure rhétorique de la répétition est utilisée pour mettre en relief quelque chose. Plusieurs répétitions identiques produisent un rythme sonore, et comme forme visuelle, un motif. L’élément isolé se dissout dans l’ensemble. La concentration sur une chose précise signifie en même temps une restriction de l’attention. La concentration sur une pensée qui se répète perpétuellement conduit à la transe. Un moyen pour sortir de la transe serait de prendre la phrase de façon littérale et de soumettre l’affirmation à une vérification, ce que, dans cette situation, on aura déjà fait."

Traduction Irène Hug, Katharina Schmidt, Camille Videcoq

galerie du Tableau 37, rue Sylvabelle 13006 Marseille.

Bernard Plasse tel : 04 91 57 05 34

Vernissage le lundi à partir de 18h30

Contact

Heures d'ouverture de la galerie : De lundi à vendredi de 10h à 12h et de 15h à 19h ---- Le samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h

Site réalisé par Bernard Dumont et Corinne Legras, actualisation : Sabine Réthoré